Ethique Info

Accueil > Société > Une météo chahutée

Une météo chahutée

mardi 7 août 2012, par Picospin

Il paraît que cette difficulté provient du caractère aléatoire de la description des zones dépressionnaires et des anticyclones évoluant sur la vieille Europe, fatiguée de servir de théâtre opérationnel aux évolutions des courants, des vents et des marées.

Théâtres de guerre

On se souvient que pendant la 2è guerre mondiale, une telle situation avait été monnaie courante aux moments les plus dramatiques, en particulier ceux qui avaient été choisis par le haut commandement allié pour fixer les dates du débarquement, des grandes opérations préparatoires à sa réalisation et des conditions les plus favorables pour débarquer sur les côtes françaises les troupes et le matériel approprié à cette immense opération dont dépendait largement l’issue du conflit. On dit aussi que la situation est plus simple à démêler de l’autre côté de l’Atlantique où les limites des zones caractéristiques sont plus simples à délimiter même si les catastrophes y sont fréquentes, les dégâts causés par les intempéries dramatiques et les victimes plus nombreuses que sur le continent européen. Les conséquences des intempéries y sont aussi plus tragiques en raison de la fragilité des constructions, de la légèreté du matériel employé et du choix des zones à risques.

Une main invisible

Tout se passe comme si une main invisible, mystérieuse, pareille à celle citée pour la finance autrefois par Adam Smith, mystérieuse, dessinait en France un paysage météorologique plus flou que précis, délimitait des contours confus, indécis et voilés. Est-ce pour ne pas décourager les candidats aux déplacements sacrés des vacances d’appliquer leurs projets élaborés depuis si longtemps dans les antichambres des voyagistes pour enfin exprimer au dehors, sous le soleil, le vent les vagues et les jeux d’eau les rêves proposés dans le crépuscule des froides journées d’hiver ? La question mérite d’être posée tant sont fumeuses les détails et explications fournies par les météorologues sur les positions des anticyclones chargés de nous protéger des basses pressions qui apportent bourrasques, pluies torrentielles, grêle et autres plaisirs de ce type. Le problème qui se pose relève autant de l’économie que de l’éthique.

Le dire et le faire

Que faire dans une situation alarmante du fait d’une météo défavorable sinon désastreuse qui prive l’économie du pays des rentrées financières liées à la consommation touristique, en forte baisse en raison du découragement des familles à partir sur les routes du soleil ou moins ensoleillées susceptible de gâcher les beaux jours escomptés et les rêves élaborés avant les départs qui jettent sur les routes des milliers de voitures, trains, caravanes avant de les arrêter sous l’effet combiné des tarifs et prix en perpétuelle augmentation, de temps maussades qui appellent plus la protection par les toits de tentes que la vie à l’air libre sous un soleil fait pour colorer les peaux moins que pour les exposer aux risques des UV déclencheurs de cancers de la peau ? Laisser planer un certain doute sur les perspectives du temps serait une attitude qui concilie l’espoir d’une vie meilleure, au moins bonne, et d’une éthique acceptable placée entre doute et certitudes, projets indécis et optimistes et espérances en un monde meilleur surtout si on le considère davantage du côté de la météorologie que de celui de la politique, de la société, de la spiritualité et du plaisir de vivre ensemble.

Quand verrons-nous le "jamais vu" ?

Pourrions-nous profiter de cette occasion pour rappeler nos chargés de diffusion des informations sur les chaines de TV et sur les ondes des Radios d’état d’utiliser un langage plus original, plus personnalisé, qui aurait au moins le mérite d’éviter les redondances excessives qui ponctuent les fins d’informations, de sentences et en altèrent la compréhension telles que « du jamais vu » et autres inepties sans autre intérêt que celui de lasser spectateurs et auditeurs et de flouter la clarté des messages destinés à une diffusion populaire, élégante, concise et compréhensible ?

Efforts mesurés

Quand cet effort aura été accompli par les équipes concernées, qu’il nous soit permis d’espérer que le temps reviendra au beau fixe, que l’anticyclone se sera déplacé sur une distance suffisante pour déployer les ailes de sa protection contre averses, froidure d’un côté, canicule et sécheresse de l’autre afin qu’animaux et humains réunis savourent enfin les délices de la vie, des échanges, d’une communication libre, joyeuse, seule condition pour écarter de nos jargons les tendances pessimistes, mortifères et désespérées qui empoisonnent plus notre relation au monde que les conflits étouffés, les menaces cachées et les velléités agressives déclenchées à tort et à travers à l’occasion de gestes futiles et de tensions superficielles.