Ethique Info

Accueil > éthique > Qu’est-ce qu’une valeur ?

Profusion de valeurs ?

Qu’est-ce qu’une valeur ?

Normes et valeurs

mercredi 22 novembre 2017, par Picospin

Une telle profusion est due à l’invasion de documents dans le monde contemporain par la presse, la littérature, les images. Ces formes de diffusion pénètrent dans l’espace public avec un acharnement qui n’a d’équivalent que les forces dont disposent les moyens de production de l’écriture et de la lecture pour imposer leurs idées et guider le cheminement intellectuel. Cette invasion prend trop souvent les formes de l’agression pour conquérir les âmes et les corps. Elle leur indique les voies à suivre pour adopter les impératifs de la mode, des habitudes, de la tradition. Cette voie est la plus aisée à suivre pour qui cherche à justifier ses inclinations, ses automatismes, ses routines et ses coutumes tirées de l’exercice quotidien et répétitif de conduites dérivées de la conscience morale et de l’éducation.
Inflation
Les progrès techniques qui permettent cette inflation des opinions dans l’espace public engendrent aussi des raisons familières de prendre position. A ces facteurs s’ajoute celui de l’affaiblissement des institutions. Ces dernières contribuent à suspendre la question des conventions de qualité qui ont cours dans les domaines triviaux de l’arène sportive, des concours scolaires, des systèmes de notation en vigueur dans le monde de l’art, de la politique ou de l’éducation. La mise en cause de leur légitimité, la déconstruction de leurs fondements entrainent une fragilisation des références et des critères de jugement.
Prolifération des opinions
Cet éparpillement des jugements de valeur éclate en prolifération des opinions, source elle-même de conflits de valeurs dont la virulence ressemble à celle observée dans les guerres de religion. Cette donnée n’a cessé de prendre un relief de plus en plus particulier et de plus en plus prépondérant à mesure que le religieux revêt une importance et une pertinence de plus en plus légitimes dans un monde en perpétuelle recherche de sens. La transcendance continue d’émerger de l’espace sacré dans lequel il vivait immergé, bloquant la pensée au moment où il devait l’ouvrir. Ouvrir largement cet espace c’est se livrer à une distanciation capable de refroidir par l’éloignement le rapport à l’objet. Cette opération permettrait de renforcer l’efficacité du travail de recherche tout en renforçant l’efficacité heuristique par la suspension de son propre jugement de valeur. Ce dernier a pour effet d’éviter les abus d’autorité scientiste dans une situation de domination. Au risque pour celui qui se proclame imbu de l’autorité du savant, sinon de celle de l’expert ou du philosophe. S’atteler à cette tâche c’est déjà mettre le pied à l’étrier en vue de produire des jugements de valeur à l’aide d’une grammaire axiologique. Le grammairien s’y intéresse plus au fonctionnement d’une langue qu’à son contenu ou à sa validité à produire du savoir.

Position sociale

Ce dernier devra être débarrassé de l’habituelle et incontournable tendance à faire correspondre position sociale et le gout. Cette dernière devra s’appuyer sur des indicateurs comme les récompenses méritées ou reçues, quitte à faire de ces attributs des clés conduisant sur les voies de l’excellence, de l’estime, de l’attachement ou des émotions déclenchées par l’intérêt déployé, l’attention portée, l’humanisme ajouté ou les expériences subjectives mises en jeu à l’occasion de ces prises de contact. Le lecteur, le spectateur se précipitent à la sortie de toute représentation pour avoir droit à la parole. S’il ne l’a pas, qu’elle lui est interdite ou censurée, il s’en suit une frustration pareille à celle éprouvée par un enfant en bas âge lorsque l’autorité parentale intervient pour prononcer une interdiction de s’exprimer. L’énergie déployée pour professer une opinion est coupée nette dans son élan lorsqu’il cherche à exprimer satisfaction, révolte, contradiction, négationnisme. Un élan est coupé net par l’intervention d’autrui, d’un contradicteur éventuel qui manifeste l’outrecuidance de nier ses efforts pour développer une argumentation. C’est ce que Bourdieu appelle les fonctions de normalisation, de socialisation, de distinction et d’identité. La société s’octroie l’autorisation d’encourager, de décourager, de désinvestir tout objet d’intérêt dans sa fonction de repère. Ainsi est construite une façade identitaire qui fait appel à la cohérence et à la conformité de sa propre image au cours d’un combat dont les enjeux consistent à atteindre le haut du classement dans la lutte pour l’excellence. Conserver à tout prix la tête du classement, tel est l’objectif de toute personne engagée dans sa lutte pour la survie. Non pas celle qui concerne le fonctionnement biologique mais celle qui permet de conserver intacte l’image de soi projetée en toute circonstance sur l’orbite de sa propre ellipse. Des valeurs comme l’élitisme, l’autonomie, les relativités de la civilité, l’historique de la nature accordée à la rationalité, aux conduites d’ordre magique ou religieux, les tensions entre ces diverses valeurs peuvent être considérées comme des biens, au même titre que la pratique des sports, de la mémoire collective, les valorisations découlant des études de penseurs comme Philippe Ariès, Pierre Nora, ou François Hartog. Il en est de même des comportements négatifs comme la pudeur, la pureté, la performance, les manifestations déployées au cours de la sociologie historique, les valeurs citées dans « l’ETHIQUE protestante et l’esprit du capitalisme » de Max Weber. Les définitions oscillent entre besoins, intérêts, rôles, préférences, qualité de vie, ce qui n’empêche guère les gens les plus démunis de s’accrocher aux nécessités imposées par la vie. Il s’agit de Ia faim dont l’urgence s’impose à ceux qui l’éprouvent par priorité à la recherche d’émotions artistiques. Celles-ci recouvrent aussi des valeurs principes abstraits au nom desquels s’exprime un jugement positif ou négatif. Ces catégorisations imposent de mettre sur le même plan les principes de valorisation et d’objet valorisé. Comment peut-on reconnaître une valeur au sens de principe d’évaluation, distinguer valeur publique et privée, fondamentale ou contextuelle sans faire allusion à la dimension morale. En dehors de ce classement, il est opportun de distinguer la valeur fonctionnelle par laquelle est vérifié la fonctionnalité d’une machine ou d’un mécanisme. La valeur affective rappelle le mobilier de notre enfance,, la valeur intellectuelle ou culturelle s’adresse à la capacité d’un objet de montrer l’histoire qu’il porte avec lui en matière de valeur culturelle ou de liaison avec un auteur prestigieux. La valeur d’authenticité s’applique plus aux objets d’occasion qui portent la réalité de leur fabrication attestée par les négociants ayant assuré la charge des transactions. La rareté devient un label de notoriété si l’on parvient à persuader l’acheteur de la bonne affaire qu’il réalise par l’acquisition d’une pièce précieuse du fait de son fonctionnement exceptionnel et de la qualité supérieure de ses rouages. Ces derniers auront d’autant plus de valeur que leur fabrication aura été ancienne et de ce fait d’autant plus fiable avec le passage des ans. Ainsi, la valeur d’une ouvre d’art réside dans le travail, qu’il a exigé pour sa réalisation, l‘ancienneté de sa fabrication, l’authenticité de ses fabricants et la qualité de l’équipe qui l’a conçu, planifié, contrôlé et mis en chantier. Une valeur ne peut être appelée élémentaire qu’à la condition expresse qu’aucun jugement à son propos ne saurait être révisé. L’axiologie ne relève pas de la démonstration mais de la conviction, non de la vérité, mais de l’adhésion. Les valeurs invoquées pour créditer une oeuvre porteuse d’un rayonnement spirituel sont la sacralité, la beauté, la significativité. Ces critères ne revêtent une valeur qu’à la condition d’être accompagnés de contraintes et d’un idéal. Avec ces valeurs, nous entrons directement dans l’univers de la société d’où émergent des dimensions représentationnelles, discursives, individuelles et collectives et surtout des impératifs catégoriques universels très investis affectivement. Entre linguistique et axiologie n’y aurait-il pas un parallélisme semblable à celui résultant de la mise en ligne entre signe, signifiant et signifié d’une part et valeur, valorisant et valorisé de l’autre. Ne faut-il pas renoncer à l’ambition de fonder une morale sur le savoir alors que celle-ci ne sert qu’à agir de façon juste quand celui-là sert à l’acquisition du savoir qui représente dans notre culture une valeur, cette dernière n’ayant dans ce contexte aucune relation avec l’éthique ? Surtout quand la réduction aux seules valeurs morales comme travail, famille patrie, ordre, discipline, autorité, conduit à l’utilitarisme anglo-saxon. Sinon à la version hyper individualiste de Ruwen Ogien. Quelle attitude adopter envers une norme ou une valeur si on accepte pour ces deux termes la définition de règle déduite du respect d’une ou plusieurs valeurs qui s’impose de façon prescriptive à une pratique qui a des chances de devenir efficace. La conformité à une norme morale en fait une vertu alors que son opposé, l’absence de conformité en fait un vice. Autrement dit, nous sommes en présence d’une règle déduite du respect de valeurs qui s’imposent de façon prescriptive à une pratique faisant peser la menace d’une contrainte selon l’opinion favorable ou défavorable exprimée par une communauté. C’est ainsi que sont exprimés les termes de permission, obligation ou interdit. La valeur intrinsèque est indexée à la valeur travail selon la quantité de travail nécessaire à la production d’un objet en prenant en compte la valeur rareté, utilité, intensité du désir mimétique traduit par le prix de l’objet attribué, vrai ou juste prix. Que les conventions prennent la place de la valeur des objets est une opération provenant d’une production collective qui permet la vie en commun et revêt la nature d’une institution dans laquelle intervient l’évaluation culturelle variable affectée à une chose dans une même société selon les différentes cultures. Il y va du désir suscité par l’objet de la convoitise, que lui affectent les sujets selon les formes affectées aux évaluations à partir de justifications impersonnelles en provenance du « décisionnisme » à considérer comme juste ou injuste. La question des valeurs reste ambiguë, voire une illusion à dévoiler.

Cette invasion prend trop souvent les formes de l’agression pour conquérir les âmes et les corps. Elle leur indique les voies à suivre pour adopter les impératifs de la mode, des habitudes, de la tradition. Cette voie est la plus aisée à suivre pour qui cherche à justifier ses inclinations, ses automatismes, ses routines et ses coutumes tirées de l’exercice quotidien et répétitif de conduites dérivées de la conscience morale et de l’éducation.

Inflation

Les progrès techniques qui permettent cette inflation des opinions dans l’espace public engendrent aussi des raisons familières de prendre position. A ces facteurs s’ajoute celui de l’affaiblissement des institutions. Ces dernières contribuent à suspendre la question des conventions de qualité qui ont cours dans les domaines triviaux de l’arène sportive, des concours scolaires, des systèmes de notation en vigueur dans le monde de l’art, de la politique ou de l’éducation. La mise en cause de leur légitimité, la déconstruction de leurs fondements entrainent une fragilisation des références et des critères de jugement.

Prolifération des opinions

Cet éparpillement des jugements de valeur éclate en prolifération des opinions, source elle-même de conflits de valeurs dont la virulence ressemble à celle observée dans les guerres de religion. Cette donnée n’a cessé de prendre un relief de plus en plus particulier et de plus en plus prépondérant à mesure que le religieux revêt une importance et une pertinence de plus en plus légitimes dans un monde en perpétuelle recherche de sens. La transcendance continue d’émerger de l’espace sacré dans lequel il vivait immergé, bloquant la pensée au moment où il devait l’ouvrir. Ouvrir largement cet espace c’est se livrer à une distanciation capable de refroidir par l’éloignement le rapport à l’objet. Cette opération permettrait de renforcer l’efficacité du travail de recherche tout en renforçant l’efficacité heuristique par la suspension de son propre jugement de valeur. Ce dernier a pour effet d’éviter les abus d’autorité scientiste dans une situation de domination. Au risque pour celui qui se proclame imbu de l’autorité du savant, sinon de celle de l’expert ou du philosophe. S’atteler à cette tâche c’est déjà mettre le pied à l’étrier en vue de produire des jugements de valeur à l’aide d’une grammaire axiologique. Le grammairien s’y intéresse plus au fonctionnement d’une langue qu’à son contenu ou à sa validité à produire du savoir.

Position sociale

Ce dernier devra être débarrassé de l’habituelle et incontournable tendance à faire correspondre position sociale et le gout. Cette dernière devra s’appuyer sur des indicateurs comme les récompenses méritées ou reçues, quitte à faire de ces attributs des clés conduisant sur les voies de l’excellence, de l’estime, de l’attachement ou des émotions déclenchées par l’intérêt déployé, l’attention portée, l’humanisme ajouté ou les expériences subjectives mises en jeu à l’occasion de ces prises de contact. Le lecteur, le spectateur se précipitent à la sortie de toute représentation pour avoir droit à la parole. S’il ne l’a pas, qu’elle lui est interdite ou censurée, il s’en suit une frustration pareille à celle éprouvée par un enfant en bas âge lorsque l’autorité parentale intervient pour prononcer une interdiction de s’exprimer. L’énergie déployée pour professer une opinion est coupée nette dans son élan lorsqu’il cherche à exprimer satisfaction, révolte, contradiction, négationnisme. Un élan est coupé net par l’intervention d’autrui, d’un contradicteur éventuel qui manifeste l’outrecuidance de nier ses efforts pour développer une argumentation. C’est ce que Bourdieu appelle les fonctions de normalisation, de socialisation, de distinction et d’identité. La société s’octroie l’autorisation d’encourager, de décourager, de désinvestir tout objet d’intérêt dans sa fonction de repère. Ainsi est construite une façade identitaire qui fait appel à la cohérence et à la conformité de sa propre image au cours d’un combat dont les enjeux consistent à atteindre le haut du classement dans la lutte pour l’excellence. Conserver à tout prix la tête du classement, tel est l’objectif de toute personne engagée dans sa lutte pour la survie. Non pas celle qui concerne le fonctionnement biologique mais celle qui permet de conserver intacte l’image de soi projetée en toute circonstance sur l’orbite de sa propre ellipse. Des valeurs comme l’élitisme, l’autonomie, les relativités de la civilité, l’historique de la nature accordée à la rationalité, aux conduites d’ordre magique ou religieux, les tensions entre ces diverses valeurs peuvent être considérées comme des biens, au même titre que la pratique des sports, de la mémoire collective, les valorisations découlant des études de penseurs comme Philippe Ariès, Pierre Nora, ou François Hartog. Il en est de même des comportements négatifs comme la pudeur, la pureté, la performance, les manifestations déployées au cours de la sociologie historique, les valeurs citées dans « l’ETHIQUE protestante et l’esprit du capitalisme » de Max Weber.

Définitions

Les définitions oscillent entre besoins, intérêts, rôles, préférences, qualité de vie, ce qui n’empêche guère les gens les plus démunis de s’accrocher aux nécessités imposées par la vie. Il s’agit de Ia faim dont l’urgence s’impose à ceux qui l’éprouvent par priorité à la recherche d’émotions artistiques. Celles-ci recouvrent aussi des valeurs principes abstraits au nom desquels s’exprime un jugement positif ou négatif. Ces catégorisations imposent de mettre sur le même plan les principes de valorisation et d’objet valorisé. Comment peut-on reconnaître une valeur au sens de principe d’évaluation, distinguer valeur publique et privée, fondamentale ou contextuelle sans faire allusion à la dimension morale. En dehors de ce classement, il est opportun de distinguer la valeur fonctionnelle par laquelle est vérifié la fonctionnalité d’une machine ou d’un mécanisme. La valeur affective rappelle le mobilier de notre enfance,, la valeur intellectuelle ou culturelle s’adresse à la capacité d’un objet de montrer l’histoire qu’il porte avec lui en matière de valeur culturelle ou de liaison avec un auteur prestigieux. La valeur d’authenticité s’applique plus aux objets d’occasion qui portent la réalité de leur fabrication attestée par les négociants ayant assuré la charge des transactions. La rareté devient un label de notoriété si l’on parvient à persuader l’acheteur de la bonne affaire qu’il réalise par l’acquisition d’une pièce précieuse du fait de son fonctionnement exceptionnel et de la qualité supérieure de ses rouages. Ces derniers auront d’autant plus de valeur que leur fabrication aura été ancienne et de ce fait d’autant plus fiable avec le passage des ans. Ainsi, la valeur d’une ouvre d’art réside dans le travail, qu’il a exigé pour sa réalisation, l‘ancienneté de sa fabrication, l’authenticité de ses fabricants et la qualité de l’équipe qui l’a conçu, planifié, contrôlé et mis en chantier. Une valeur ne peut être appelée élémentaire qu’à la condition expresse qu’aucun jugement à son propos ne saurait être révisé. L’axiologie ne relève pas de la démonstration mais de la conviction, non de la vérité, mais de l’adhésion. Les valeurs invoquées pour créditer une oeuvre porteuse d’un rayonnement spirituel sont la sacralité, la beauté, la significativité. Ces critères ne revêtent une valeur qu’à la condition d’être accompagnés de contraintes et d’un idéal. Avec ces valeurs, nous entrons directement dans l’univers de la société d’où émergent des dimensions représentationnelles, discursives, individuelles et collectives et surtout des impératifs catégoriques universels très investis affectivement. Entre linguistique et axiologie n’y aurait-il pas un parallélisme semblable à celui résultant de la mise en ligne entre signe, signifiant et signifié d’une part et valeur, valorisant et valorisé de l’autre. Ne faut-il pas renoncer à l’ambition de fonder une morale sur le savoir alors que celle-ci ne sert qu’à agir de façon juste quand celui-là sert à l’acquisition du savoir qui représente dans notre culture une valeur, cette dernière n’ayant dans ce contexte aucune relation avec l’éthique ? Surtout quand la réduction aux seules valeurs morales comme travail, famille patrie, ordre, discipline, autorité, conduit à l’utilitarisme anglo-saxon. Sinon à la version hyper individualiste de Ruwen Ogien.

Normes et valeurs

Quelle attitude adopter envers une norme ou une valeur si on accepte pour ces deux termes la définition de règle déduite du respect d’une ou plusieurs valeurs qui s’impose de façon prescriptive à une pratique qui a des chances de devenir efficace. La conformité à une norme morale en fait une vertu alors que son opposé, l’absence de conformité en fait un vice. Autrement dit, nous sommes en présence d’une règle déduite du respect de valeurs qui s’imposent de façon prescriptive à une pratique faisant peser la menace d’une contrainte selon l’opinion favorable ou défavorable exprimée par une communauté. C’est ainsi que sont exprimés les termes de permission, obligation ou interdit. La valeur intrinsèque est indexée à la valeur travail selon la quantité de travail nécessaire à la production d’un objet en prenant en compte la valeur rareté, utilité, intensité du désir mimétique traduit par le prix de l’objet attribué, vrai ou juste prix. Que les conventions prennent la place de la valeur des objets est une opération provenant d’une production collective qui permet la vie en commun et revêt la nature d’une institution dans laquelle intervient l’évaluation culturelle variable affectée à une chose dans une même société selon les différentes cultures. Il y va du désir suscité par l’objet de la convoitise, que lui affectent les sujets selon les formes affectées aux évaluations à partir de justifications impersonnelles en provenance du « décisionnisme » à considérer comme juste ou injuste. La question des valeurs reste ambiguë, voire une illusion à dévoiler.