Ethique Info

Accueil > Editorial : les riches moissons > Et la planète continue de tourner. Est-elle éclairée par les Lumières (...)

Et pourtant elle tourne ....

Et la planète continue de tourner. Est-elle éclairée par les Lumières ?

Les retours de Galilée et de Copernic ?

mercredi 11 février 2009, par Picospin

Quoi de neuf sur cette terre qui brûle d’un côté et se refroidit de l’autre sous le manteau de neige qui ne cesse de la recouvrir ? Pendant que les enfants sont au chaud au-dessus du clavier de l’internet sous la menace de prédateurs qui les attireraient sous de mauvais prétextes et sans la protection de parents débordés par la complexité des nouvelles technologies dites "nano" depuis un certain temps ou s’amusent à fabriquer des bonshommes de neige, des Australiens sont brûlés vifs après avoir été grillés par un astre qui, au lieu de répandre la lumière, l’esprit et la sagesse ne diffuse que la mort sur un continent qui symbolisait la vie, l’initiative, la création et le renouveau. Ailleurs, on se morfond en cherchant désespérément à résoudre l’équation ayant présidé à la construction de l’homme moderne, fier de ses acquis, du développement de son intelligence, de son imagination au service des montages intellectuels, financiers, scientifiques les plus complexes, qu’il prenait aussi pour les plus utiles. Que peut-il faire de la théorie utilitariste, celle qui devait servir le plus grand nombre à accéder au bien-être sinon aux richesses au moment où, considérant en songe les mirifiques maisons individuelles destinées à lui tomber dans les bras à la suite d’une réduction magique du crédit, il sentit subitement cette manne lui échapper des mains et en même temps faire tomber, comme château de cartes, l’économie et les banques de l’univers ? Désespéré de ne pouvoir convaincre les habitants d’îles privilégiées d’accepter la misère sinon la famine, les ministres, désormais flanqués de médiateurs dont on se demande s’ils sont anges ou démons, sillonnent les océans dans tous les sens comme des bourdons effrayés heurtant leurs fragiles organes d’insectes aux vitres de l’impossible sous les ordres de chefs ne sachant plus à quels saints - catholiques romains, orthodoxes, intégristes, négationnistes - se vouer. Descendants des fondateurs du religieux monothéiste, un petit peuple se démène dans ses démêlés avec de véritables institutions démocratiques et avec ses voisins qui pourraient devenir ou rester des amis pour peu qu’on consente à abattre les murs, baisser les armes et partager le pain. Pour le gagner à la sueur d’un front heureusement le plus souvent séché, un président parcourt le monde dans une course sans merci pour être le premier à quémander de précieux liquides comme on le faisait auparavant avec le lait et le miel et le rapporter à ses nouveaux concitoyens pour étancher leur soif et rassasier leur faim. Est-ce une mission sacrée pour les siens, capable d’être étendue à l’humanité et à toutes les créatures vivantes ?