Ethique Info

Accueil > Editorial : les riches moissons > Le goût des voyages

Le goût des voyages

mardi 10 février 2009

Il est possible que Nicolas Sarkozy ait été séduit par les exemples donnés par les concurrents du Vendée Globe qui ont parcouru les océans de la planète comme d’autres iraient se promener au Champ de Mars ou au bois de Vincennes. Sans rien dire à personne, il a voulu devancer les intentions de son nouvel ami Barack Obama pour tenter de vendre au Moyen Orient les marchandises qu’il avait du mal à écouler en France ou en Europe. Est-ce une concurrence déloyale ou seulement un combat à la loyale pour sauver la France de la banqueroute et l’Europe de sa décroissance économique ? Ce faisant, il a pris tout le monde de revers y compris son gouvernement qui ne s’attendait pas à de tels exploits inspirés par les prouesses physiques, mentales et sportives des grand navigateurs, devenus avec le passage du temps et l’évolution des technologies des ingénieurs, des savants, des météorologues de réputation. Réussira-t-il à rétablir la paix entre Israël et le Hamas, alors que se profile au loin la perspective d’une emprise plus forte sur l’électorat israélien d’une extrême droite, qui, loin de vouloir faire la paix, cherche à radicaliser la situation politique en souhaitant le départ des Arabes de nationalité israélienne qui continuent de vivre dans ce nouveau pays d’accueil pour eux. En France, on a d’autres préoccupations, moins existentielles et plus organiques, celles d’une réorganisation de l’Université, du statut des chercheurs et du rétablissement d’une situation économique plus rassurante sous la chaleur des Antilles où on a gentiment demandé au Ministre chargé de ces territoires de bien vouloir reprendre l’avion pour porter aux habitants des îles un message plus concret et plus positif que celui qui leur avait été laissé auparavant. Du soleil, passons à la tempête qui balaie la métropole ce qui permet de la nettoyer sans s’acquitter des salaires nécessaires à cette entreprise. Mais comme toute chose a un prix, il faudra bien songer un jour à enterrer les lignes électriques et à empêcher cours d’eau et fleuves à sortir de leur lit.